mardi 30 avril 2013

Petite philosophie du langage ! (et plus si affinités)

En observant Amaryllis ces temps-ci, je suis fascinée par l'importance et la puissance Le ldu langage dans la construction de l'enfant - et pour toute la vie !

Elle se trouve vraiment dans la période sensible du langage ; tout, au quotidien, est prétexte à demander "comment s'appelle ça ?"...  Elle boit son chocolat tiède, le lit est mou, tandis que le sol est dur, ce genre de  petit balai rose se nomme un plumeau ; et si on demande à quelqu'un comment il s'appelle, c'est le prénom
Une fois que j'ai introduit le mot (sans l'article, et avec le minimum de paroles), elle me redemande de nombreuses fois "comment s'appelle ça ?".... je réponds plusieurs fois, en disant le mot seul, et en variant l'intonation. Puis pour clore la leçon (et faire une sorte de vérification), je me trompe exprès : "chocolat ! "... elle me corrige "non, plumeau !". C'est parfois l'occasion d'exercer sa conscience phonologique (activité spontanée, à ce stade je ne suggère pas !) : "kiri.... on entend comme guéri !" 

Je mesure l'importance de la parole juste et claire : dire le mot approprié (j'entends trop souvent Amaryllis parler de "tuc"... comprendre un "truc"... il faut que je me corrige ! ), donner une explication simple mais vraie (possible à tout âge, même si ce n'est pas forcément facile à trouver !)
Amaryllis utilisait souvent "lourd" pour "difficile".... jusqu'à ce que je comprenne : quand elle poussait ma bassine de linge, je lui disais "ah, c'est lourd !"... tandis que son ressenti concernait plutôt la difficulté à pousser, et pas du tout le concept de poids (puisqu'elle ne porte pas). Elle va attendre les tablettes baryques ! 
Pour apprendre la politesse, notamment "s'il vous plait", nous avions l'habitude de dire à une demande  impérieuse du type "encore de l'eau !!" : "je n'ai pas bien entendu ? ou je n'ai pas compris ?". Jusqu'au jour où, n'ayant réellement pas compris le charabia une explication d'Amaryllis, je lui ai demandé - pour qu'elle répète autrement : "je n'ai pas compris ?".... Elle a aussitôt dit "s"il vous plait !" - ce qui ne m'a pas aidé ! 
J'ai réalisé à ce moment que je lui disais quelque chose d'inexact : j'avais très bien compris sa demande, je voulais seulement qu'elle la formule d'une façon plus gentille ! Nous utilisons donc maintenant notre petite phrase : "Les oreilles de mon coeur n'ont pas bien entendu ?". La formulation sonne très enfantine (espérons qu'elle aura vite le réflexe spontanément ! ), mais elle nous parait plus juste.

De même, il nous parait essentiel, fondamental de dire toujours la vérité à l'enfant ; ceci pourrait être développé pendant plusieurs pages ! mais la base pour moi est celle de la confiance : quand je te dis quelque chose, c'est vrai, tu peux compter sur ma parole. Quand l'enfant réalise qu'on a menti (et cela arrivera toujours), quel drame ! et comment par la suite pourra-t-il savoir si c'est la vérité ? C'est - entre autres - pour cela que nous raconterons le Père Noël, la Petite Souris et compagnie comme des contes, et pas comme la réalité ! C'est pour cela que je bondis (intérieurement...) quand j'entends des parents dans la rue dire "tu viens tout de suite, où je te laisse ici !"... Le feraient-ils vraiment ?!
Cela nous oblige, en tant qu'éducateur, à perfectionner notre unité de vie : "fais ce que je dis ET ce que je fais". Les enfants nous regardent et nous imitent en permanence, cherchons à nous améliorer !
C'est ce qui m'a fait réaliser que j'étais contre la fessée (grand débat...!) : avant d'avoir des enfants - et d'y réfléchir, je me disais "ça ne leur fait pas mal, c'est un signe pour bien leur montrer une interdiction".... sauf que comment puis-je interdire à Amaryllis de taper sa sœur qui lui casse ses jeux, si moi-même (et souvent sous le coup de la colère) je donne une fessée (même sans violence) ? D'ailleurs quand je m'énerve et que j'ai "des fourmis dans la main", Amaryllis me rappelle d'un ton rageur "non tu me tapes pas !!". Cela me permet en toute humilité de prendre conscience à quel point la colère et l'envie de taper peut être forte chez un enfant, si même moi, adulte, je la ressens et je dois faire un effort pour la maîtriser.

Et si la parole est d'argent, le silence est d'or : j'essaye petit à petit de faire prendre conscience à Amaryllis de sa valeur, de son importance. On n'écoute pas en continu les CDs de chansons enfantines (sa passion du moment !), on parle doucement, on écoute les oiseaux qui pépient, on fait le calme dans son cœur avant de dormir... J'ai introduit une mini leçon de silence, et elle a bien accroché. Elle découvre également la prière silencieuse. 

Pour conclure, une petite histoire pour apprendre à parler à bon escient : Les trois tamis de Socrate. Ce que je vais dire est-il bon ? vrai ? utile ? (ou marrant - rajoute souvent mon mari ;-) !)

Edit : je voulais également parler de l'importance du langage pour reconnaître et gérer nos émotions et ceux des enfants... j'y reviendrai !

lundi 29 avril 2013

Développement de l'enfant : l'embryon spirituel

Je continue la lecture des ouvrages de Maria Montessori : voici maintenant L'enfant.
Ce livre présente le développement de l'enfant de 0 à 6 ans : ça tombe bien, on est en plein dedans !

Le chapitre sur l'embryon spirituel m'a beaucoup intéressé ; il présente une conception tout à fait nouvelle de l'enfant, qui porte en lui-même son propre plan de croissance, de développement.

L'adulte s'apparut à lui-même comme le modeleur de l'enfant, le constructeur de sa vie psychique : il a fini par se croire le dieu de l'enfant. En fait, l'enfant porte en lui des directives de développement et un plan psychique, il les a en puissance, extrêmement délicats dans leurs tentatives de réalisation ; alors, l'intervention intempestive de l'adulte, volontaire, exalté par son pouvoir, peut contrarier ces plans ou en faire dévier les réalisations occultes. 

L'enfant est comme une âme emprisonnée, obscure, qui cherche à venir à la lumière, et qui va peu à peu animer la chair inerte, l'appelant avec le cri de la volonté. 
L'enfant qui s'incarne est un embryon spirituel qui doit vivre par lui-même dans l'ambiance. Mais aussi bien que l'embryon physique a besoin d'une ambiance spéciale qui est le sein maternel, l'embryon spirituel a besoin d'être protégé dans une ambiance extérieure, réchauffée par l'amour, riche en aliments, où tout l'accueille, où rien ne l'entrave.

D'où quelques points importants de la méthode Montessori : 
- l'ambiance : ordonnée, attirante, esthétique, calme, ....
- l'auto-éducation de l'enfant : libre choix des activités, l'auto-correction, sans l'intervention de l'adulte (ni encouragements, ni correction)
- le travail individuel (par opposition à la leçon collective) : chaque enfant travaille à son rythme

L'enfant porte donc en lui-même son propre potentiel de développement ; et l'ambiance, qui regroupe tout le matériel, lui permet d'absorber et de grandir !
Je trouve que c'est vraiment une position d'éducateur très différente : il s'agit simplement d'être là, d'observer, de proposer à l'enfant le matériel et les activités qui correspondent à ces besoins.

dimanche 28 avril 2013

Les tissus

Dans la progression de Vie sensorielle, voici une activité facile à réaliser : les tissus (ou les étoffes). Elle permet de développer le toucher (sens tactile) ; elle se présente après les tablettes rugueuses.
La boite contient plusieurs paires (6 normalement) de carrés de tissus naturels.

Présentation : Sortir les tissus de la boîte. Les yeux fermés, faire toucher à l'enfant deux étoffes différentes : "est-ce que tu sens pareil ?". On fait ensuite la mise en paires. On peut commencer avec deux ou trois étoffes bien différentes au toucher, et ajouter les autres à fur et à mesure. Le contrôle de l'erreur se fait en ouvrant les yeux : les étoffes sont identiques. 
Quand l'enfant a bien manipulé l'ensemble, on fait la leçon en trois temps avec les noms des tissus.
L'étape suivante (pas facile je trouve !) est de disposer les tissus du plus au moins rugueux. 

Fabrication : cela m'a permis de vider (un tout petit peu) mon stock de chutes de tissus... J'ai découpé des carrés de 12x12 (certains sont plus petits, je les referai quand j'aurai trouvé un morceau plus grand !). 
J'ai directement mélangé tissus naturels et synthétiques, en essayant de choisir des textures bien différentes : polaire, laine, satin de polyester, velours, coton, éponge, lin, Courtelle (à venir : la soie).

Plantations

Quelques nouvelles de nos plantations : les lentilles ont bien poussé... je pense qu'elles ont atteint maintenant leur taille définitive... j'espère avoir des fleurs ! j'ai tenté d'en replanter une partie dans un pot de terre, j'ai plutôt l'impression que ça a stoppé leur croissance ?... à suivre !

Nous avons également planté des pois chiches : le début est assez lent, mais ensuite les plantes rattrapent les lentilles en hauteur !

Ces plantes étant des légumineuses, elles synthétisent elles-mêmes l'azote dont elles ont besoin : il faut seulement les arroser (le coton sert comme support pour retenir l'eau, pas pour nourrir).

samedi 27 avril 2013

La famille

Une nomenclature un peu particulière : celle de la famille ! pour une première approche de la généalogie

Toujours sur mes petits cartons 10x10cm, j'ai collé des photos de notre famille (Amaryllis et Pervenche, Papa&Maman, les grands-parents et arrière-grands parents vivants) ! Plus tard, je rajouterai les oncles et tantes et cousins, au moins ceux qu'elle connaît bien). 
J'ai collé une pastille aimantée (bidouillage maison à partir de plaques magnets publicitaires découpées), et ils ont trouvé leur place sur le frigo. Amaryllis peut ainsi les voir souvent... et Pervenche aussi, je suis donc en train de les plastifier ! 

Au début j'envisageais plutôt un vrai arbre généalogique, mais j'ai rencontré plusieurs problèmes, notamment  la taille des photos : il aurait fallu un support généalogique assez haut et large (4 générations, et je voulais que les générations et les familles/couples soient bien distinctes), et là.... encore un problème de place ! Comment le présenter pour qu'il soit facilement accessible ? les murs sont tous pris... J'aurais mis une pastille de velcro pour qu'Amaryllis puisse les repositionner. 

Bref, c'est maintenant plus libre comme activité... et finalement cela lui convient très bien ! Je lui ai montré comment les disposer "en arbre généalogique" par générations, et elle a bien compris le truc : "la photo d'A. va tout en haut, je suis la maman de Grand-Maman" ! 
Cela lui permet de prendre conscience du temps, que les parents sont aussi des enfants : quand Papa était un petit garçon, il habitait dans la maison de Grand-Père et Grand-Mère.... 
D'où une grave question : "Quand je serai une maman, est-ce que Maman sera une petite fille ?" ... Maman sera une grand-mère ! 
Ce n'est pas facile à comprendre tout cela ! "Quand Papa se rase, il a les joues toutes douces.... et Maman a les joues toutes douces aussi.... Donc quand on se rase, on devient une dame !" .... ! D'ailleurs "quand je serai grande, je serai une maman, et après je serai un papa" ! 

vendredi 26 avril 2013

Avec une pipette

Hop, une petite activité improvisée sur les thèmes favoris d'Amaryllis : l'eau et les couleurs !

J'ai récupéré une pipette de sérum physiologique, des petits pots en verre, une petite éponge, un plateau en plastique (plus facile à essuyer), de l'eau colorée (ici des colorants alimentaires... elle est très tentée de mettre la pipette dans sa bouche pour faire un biberon, sa manie du moment.... petite phase de régression devant les progrès de sa soeur - ça vaut bien le coup d'allaiter longtemps et de n'avoir eu ni biberons ni tétines à la maison !). 


Le but était de transvaser l'eau d'un pot à l'autre, mais finalement elle en mettait un peu, et reversait dans le second. L'eau colorée permet de visualiser plus facilement le contenu de la pipette - et les gouttes à essuyer ! 
J'ai ensuite ajouté une autre couleur : le bleu... et Amaryllis commente "rouge et bleu.... ça fait violet !". Je m'étais trompée, elle connaît les mélanges de couleur !

J'ai rangé le plateau hors de sa portée... mais pas de sa vue, pour qu'elle puisse y penser seule. Cette activité lui a bien plu, et j'étais contente de voir qu'elle commence à essuyer spontanément ! (bon, elle nettoie une toute petite goutte sans voir la grosse flaque à côté, mais c'est le début !). 

Cela lui permet de travailler la force des doigts de la pince (ce n'est pas évident d'appuyer sur la pipette), la coordination (appuyer-relâcher, et viser dans le pot).

Collages

Amaryllis me voit souvent faire des petits bricolages... et voudrait bien participer ! Je lui ai donc préparé un panier "collage" : des images découpées (dans des catalogues....), un bâton de colle et des feuilles blanches.

Pour l'instant, c'est moi qui découpe les images, plus tard elle pourra le faire elle-même. 

Elle apprend à mette la colle sur l'envers, à disposer l'image sur la feuille (aléatoirement pour l'instant !), à taper appuyer pour coller.
C'est également très sympa de regarder le bâton de colle sortir, rentrer, sortir.... 

Au début j'avais acheté de la colle colorée spéciale enfants, mais finalement la blanche toute bête fait bien l'affaire aussi !

Je pense également lui proposer une activité "collage par couleur", avec tous les restes de la fabrication des boîtes de couleur... A préparer !

mercredi 24 avril 2013

Association d'idées

Parmi les "jeux éducatifs" (je me demande quels sont les jeux non-éducatifs.. ?!), en voici deux auxquels Amaryllis joue souvent (en ce moment) et qui permettent des jeux de langage intéressants : 

"Qui mange quoi ?" de Sapin Malin
Des carrés en bois à associer, pour retrouver les aliments de divers animaux ! A partir de 2 ans et demi

J'aime : c'est en bois, de bonne qualité, les couleurs sont vives et les dessins simples. Les cartes sont assez grandes (6x6 à vue de nez !). Les animaux sont variés. Le prix est raisonnable (c'était un cadeau)
J'aime moins : pas d'auto-correction directe, sauf à se retrouver avec des aberrations ! par exemple si le tigre mange le mouton (ça n'est pas idiot !), la viande se retrouve à manger de l'herbe. Il faudrait un système genre puzzle pour valider immédiatement la bonne réponse.
Pour varier : il existe d'autres déclinaisons : "qui habite où" etc.. je me demande si on ne pourrait pas combiner plusieurs.


Domino des transports de je ne sais pas qui, sans marque, acheté en solderie et pas retrouvé sur Internet !

Un domino classique avec les transports : voiture, vélo, train, ambulance, pompier, bateau, hélicoptère. A partir de 3 ans

J'aime : c'est en bois, les couleurs et les dessins sont jolis ; l'ensemble semble de bonne qualité et résistant !
J'aime moins : peut-être un peu petit ! 

Je l'avais acheté il y a déjà plusieurs mois, mais Amaryllis commence juste à y jouer correctement. 

A l'atelier !

Une activité très appréciée d'Amaryllis ... (mais pas en libre accès : il faut trouver un moment où je suis bien disponible pour surveiller, i.e. quand Pervenche dort de préférence !)

Elle a commencé par de la peinture au doigt : recette trouvée sur internet avec de la Maïzena. Je ne suis pas entièrement satisfaite de la texture, très pâteuse, pas assez fluide pour "faire une trace". Cela a toutefois permis une première approche. 

Ensuite de la gouache, avec des pinceaux ou un rouleau. Elle a tendance à peindre avec l'eau (colorée), donc pour l'instant le pot d'eau est en hauteur, et c'est moi qui dilue. Pas facile d'obtenir un beau trait sans reprendre de la peinture très régulièrement !
J'ai hésité à lui proposer une palette classique, mais ça se transforme très vite en "on mélange toutes les couleurs.... oh c'est tout gris", donc le plus souvent, c'est chaque couleur dans un pot, et elle fait les mélanges avec les pinceaux. Cela lui permet d'approfondir la découverte des couleurs. Pour l'instant, elle constate juste que la couleur change, sans analyser "j'ai mis telle et telle couleur pour obtenir celle-ci". 
Avec un pochoir publicitaire Nestlé, nous avons réalisé (à quatre mains) ce chef d'oeuvre ! Le pochoir est très souple (normalement c'est pour décorer les gâteaux !), donc elle n'arrive pas à le faire seule, mais le résultat est sympa !
Elle s'exerce aussi (plus ou moins) à tracer des formes, à remplir l'intérieur etc.

Il va falloir que j'achète des grands pots de gouache, les petits tubes filent vite ... encore de la place à trouver dans mes étagères !

mardi 23 avril 2013

Gommettes

Une activité classique : coller des gommettes !

Après un temps de "découverte libre", je me suis inspirée d'un fichier de progression trouvé ici et j'ai préparé différentes fiches à Amaryllis. Je les mets dans une pochette plastique avec les gommettes qui vont bien. Elle peut ainsi choisir la fiche qu'elle va faire (je suis quand même à côté ! pour donner la consigne).


Dans quelques temps, je pense que je laisserai toutes les gommettes à disposition (une sélection variée), pour qu'elle puisse choisir elle-même celles qui conviennent à la fiche.

Cela permet d'aborder les notions de couleur, de taille, de formes, de toplogie (dedans, dehors, à gauche etc), et d'algorithmes (pas encore commencés... il faut que je rachète des gommettes !).
Et également de développer la motricité fine : décoller les gommettes, les mettre au bon endroit, etc.

lundi 22 avril 2013

Tablettes rugueuses : fabrication

Pour réaliser les tablettes rugueuses, j'ai repris les mêmes rectangles de bois (agglo, de notre stock) que pour les boîtes de couleur (dimensions 5x3,5)
J'ai ensuite collé dessus du papier de verre : grains 0,2,4 (et si je trouve du 6, je ferai ma 5ème paire !). Les tablettes lisses sont restées nues : le rendu visuel est dans le même ton que le papier de verre.

La planche "lisse et rugueux" fait 8x9cm, et est divisée en 4 bandes de largeur équivalente. J'ai utilisé du papier de verre grain 4.

Maintenant, il faut que je range, et que je me remette à la couture !


Edit après essai : je pense que c'est trop petit (tablettes rugueuses), il faut les toucher avec tous les doigts... plutôt 5x8 par exemple ! à refaire lors de ma prochaine session de découpage de bois !
Edit de l'edit... voilà, j'ai recommencé : dimensions 5x7 cm² (ce n'est pas voulu, mais ça rentre pile dans une boîte d'allumettes !). Les dimensions vues sur internet sont plutôt 6x9 cm², mais bon le bois était déjà coupé etc....


Et j'ai pensé pour les tablettes lisses à mettre du feutre marron (du genre qu'on colle sous les pieds des chaises, j'en ai vu en grandes bandes)... A voir ! le bois est déja bien lisse aussi.

Lisse et rugueux

Second ouvrage du WE : les tablettes rugueuses, et la planche lisse-rugueux. Elles permettent d'affiner le sens tactile. Apprendre à toucher est une bonne préparation pour les lettres rugueuses.


La planche lisse et rugueux : 
(Il existe aussi une planche avec deux grandes parties : une lisse, une rugeuse : il faut que je trouve un morceau de taille adapté !). 
Aussitôt réalisé, aussitôt présenté (présentation et leçon en 3 temps se font en même temps). Toucher doucement les bandes du haut vers le bas, en disant "lisse... rugueux....". Proposer à l'enfant de toucher. Puis faire les 2 autres temps.
C'est très facile à faire, mais je ne suis pas convaincue qu'Amaryllis reprendra spontanément ce matériel... on verra ! Edit : je l'ai vu montrer à Pervenche : tu vois c'est lisse... c'est rugueux ! 

Les tablettes rugueuses : 
(Il en existe normalement 5 paires). Pour la gradation, on peut commencer avec les deux extrêmes (lisse/très rugueux), puis on introduit progressivement les autres tablettes. La mise en paire se fait les yeux fermés (j'ai essayé, ce n'est pas évident !). 
Pour le contrôle de l'erreur, j'ai mis des points de couleur au dos. Cela dit, la différence se voit, mais n'est pas facile à distinguer (y compris le lisse, la photo accentue les différences). Donc si Amaryllis commence par faire les yeux ouverts, ce n'est pas grave. 

Arc-en-ciel

Ma réalisation du WE : j'ai enfin fini la troisième boite des couleurs ! Motivée par la préparation de ma progression Vie Sensorielle, j'ai repris les travaux commencés... et jamais terminés.


Concernant la fabrication, je vous en avais parlé. Pour obtenir les nuances, j'ai découpé des tas de petits papiers de toutes les couleurs, et patiemment essayé de constituer des gammes de couleur ! Pas facile... notamment le rouge clair (qui ne soit ni rose, ni orange), ou un vert pâle qui vire au jaune ou au bleu... sans compter le bleu marine et le violet foncé, ou le marron foncé très proche du noir. Mais ouf, c'est fait ! 
Je n'ai fait que 6 nuances par couleur (trop difficile d'obtenir une 7ème). Je voulais que les nuances soient  à la fois bien régulièrement dégradées, mais en étant assez différentes. Ce fut l'occasion de vivre sensoriellement ;-) la perception des couleurs.... est-ce plus clair, plus foncé... ou juste un autre ton de vert ?
J'ai hésité à peindre en blanc les extrémités des tablettes... mais j'ai finalement laissé le côté "bois naturel" qui se distingue bien d'une vraie couleur.



Deux petites photos glanées ce WE.... je crois qu'Amaryllis est prête pour commencer cette boîte !

D'abord une couleur, puis deux bien distinctes, puis trois, etc. Et enfin - dans longtemps !  - le soleil des couleurs !

J'avais déjà fait la leçon en 3 temps "clair/foncé" avec 3 (puis 4) nuances de la même couleur. Au final, je me demande si ce n'était pas un peu tôt, j'avais vraiment l'impression de la "tirer" pendant l'activité.... Mais ce sont des termes qu'elle utilise très souvent, elle a enregistré le vocabulaire ! Elle était toute contente de me montrer.... sa chaussette droite rose foncé...et la gauche rose claire ! ;-)




Edit : j'ai aussi refait la 2ème boite des couleurs (la première est incluse dans la seconde, ça ira pour l'IEF !
Un moment de panique quand j'ai réalisé que les nuanciers avaient changé de format... mais je m'en suis sortie ! Et celle-ci est plus facile à assortir, il suffit d'avoir les nuances en double ;-)

Encastrements géométriques

Voici notre version (réduite !) du cabinet de géométrie...

Le cabinet de géométrie standard se compose de 6 tiroirs (dimensions 15x15 cm pour chaque encastrement amovible) : 6 cercles, 6 rectangles, 6 triangles, 6 formes courbes, 6 polygones, et 6 quadrilatères. Plus un plateau de présentation.
Il me semble qu'on commence par présenter les formes de base (sur le dessus sur la photo) : cercle, rond, carré.

Nous avons donc 2 cercles (un grand, un petit), un triangle, un carré... les formes de bases. Du coup il faudra que je trouve un moyen d'apprendre toutes les autres !
Les boutons de préhension sont des poignées de placard (magasin de bricolage). Ils sont peints en marron et blanc... de notre stock de peinture ! finalement, j'aime bien les couleurs assez neutres.

On verra s'il reste comme cela, ou si on rajoute d'autres formes. Je vais attendre d'avoir acheté les formes à dessin pour aviser.... Ou alors je le réaliserai en carton-plume (réalisation vue quelque part.... à retrouver !), et cette première version bois sera pour les plus jeunes (plus résistante !).

vendredi 19 avril 2013

Le marché !

Amaryllis aime beaucoup faire le marché (un petit supermarché plutôt...) avec moi.

Depuis ses presque-2-ans (à la naissance de sa sœur, la poussette était prise !), elle est très indépendante avec son petit caddie. Au début il lui arrivait à hauteur du nez, mais j'ai été étonnée de voir qu'elle le maniait bien, même bien rempli. 

Nous parcourons  les rayons, et je lui indique : 1 beurre, 2 fromages (très important le fromage ! elle varie d'une fois sur l'autre !), 3 pommes, etc. Parfois elle me fait des suggestions, mais je n'ai eu que rarement des surprise à la caisse. Nous achetons souvent la même chose, c'est plus facile pour elle ainsi.

Cela lui apprend à compter, à bien observer dans les rayons, à connaître le nom des fruits et légumes, à manipuler des aliments avec précaution : pas faciles d'attraper en hauteur ces gros pamplemousses... il faut prendre les 2 mains, sinon ils glissent ! J'introduis la notion de saisons : on ne mange pas de tomates en hiver, pour les cerises, c'est quand tu auras 3 ans, etc....

C'est également un moment de socialisation : on dit bonjour à la caissière (qui nous connaît bien... elle a du succès avec son caddie, qu'elle vide elle-même sur le tapis roulant !), on croise des gens très variés, ....

Et en rentrant à la maison, elle est bien fatiguée ! mais toute contente d'avoir participé à la vie de la maison. 

Quand elle sera un peu plus grande (aux débuts de la numération), je ferai des petits cartes-photos, avec un espace pour la quantité. Elle aura sa petite liste de course ;-)

jeudi 18 avril 2013

Devine ce que je vois ?

Pour préparer les enfants à la lecture-écriture, il est bien de leur apprendre à écouter : à travers les jeux de silence, et aussi  dans le "jeu des sons", pour développer la conscience phonologique. 

Préparer quelques objets (au début, 2 ou 3) que l'enfant connaît bien (je prends souvent les animaux), les disposer sur la table en les nommant avec l'enfant. Puis on demande "je vois un objet où on entends [vvv], tu me montres ?". 

C'est plus facile si on choisit des objets dont le nom commence par un son "simple", vache, plutôt que "tricycle" (il faut entendre t-r). 
Egalement les voyelles sont plus simples à distinguer que les consonnes, surtout les courtes.
Eviter de prendre au début des sons trop proches (g-d, etc).

Quand l'enfant maitrise bien le premier son, on peut ensuite rajouter des objets, faire les sons à la fin des mots, puis au milieu. 

Amaryllis me faisait spontanément remarquer les mots "où on entend pareil" : bandeau/landau, Clémence/clémentines, Julie/tulipe... je lui ai donc appris ce jeu. Elle a bien accroché, même si parfois elle se trompait sur la place du son (par exemple, montrer "vache" au lieu de "cheval" pour [ch])... c'est un bon début ! Il faudrait d'ailleurs que je lui propose plus souvent, en variant les objets. 

mercredi 17 avril 2013

Matériel de Vie Sensorielle : réflexions & fabrication

Je suis en pleine réflexion dans deux directions : 
  1. proposer une progression de Vie Sensorielle organisée à Amaryllis : pour l'instant, j'ai surtout laissé la Vie Pratique sur mes étagères (finalement je pense faire quelques cadres d'habillage, les plus difficiles : fermeture éclair injectable, petits boutons, pressions....). Cela devrait lui permettre d'acquérir de la concentration, l'habitude de travailler... et me laisser le temps de réfléchir au point suivant :
  2. compléter, fabriquer, acheter etc.... le matériel de Vie Sensorielle ! Montessori, c'est super, le matériel favorise vraiment le développement de l'enfant... MAIS il coûte souvent cher, et il faut avoir la place de le ranger !! Voici donc où nous en sommes... (N'hésitez pas à laisser des petits mots, sur le matériel que vous avez ou pas acheté, ce qui vous semble important etc....)
Les emboîtements cylindriques : achetés. J'ai parlé ici d'un "substitut" que nous avons eu quelques temps.

La tour rose : à acheter ! Je l'ai faite, c'est ici mais je ne recommande pas. Nous avons des cubes gigognes... et également des gobelets à empiler.... Les deux différences majeures avec la tour Montessori : ils sont creux (donc pas de notion de poids), et les dimensions ne sont pas "normalisées" (mais ils prennent moins de place à ranger !). Les deux jeux cités sont adaptés pour les petits et pourraient être une première approche version "jeux".

L’escalier marron : acheté !

Les barres rouges : c'est fait ! fabrication maison, conforme à la norme Montessori ;-)

Les boîtes de couleurs (1,2,3) : j'en ai parlé ici et , fabrication maison 

Planche lisse et rugueux, les tablettes rugueuses : fabrication maison

Le cabinet de géométrie : Un début de fabrication maison (2 ronds, triangle, carré)... Et le vrai cabinet est fini ! 

Les solides géométriques : achetés à acheter ! j'en ai repéré chez Wesco, ou Betzold... Edit : en fait il faut vraiment acheter les solides estampillés "Montessori", avec les bonnes dimensions... j'y reviendrai ! 

Les étoffes : fabrication maison, occasion de vider (un peu) mon stock de tissus !

Les sacs à mystère : le premier est ici

Les boîtes à bruit : fabrication maison, et en version finie

Les saveurs, Les odeurs : encore à faire à la maison, il faut juste que je trouve des contenants identiques et de taille adaptée ! et que je pense aux contenus. 

Les tablettes baryques : en cours de fabrication maison en tissu, j'y reviendrai....

Les bouteilles thermiques : une adaptation maison esprit "bouillotte sèche"

Les tablettes thermiques : je pense faire l'impasse

Les triangles constructeurs 1 à 6 : faits en carton-mousse, il faut que je vous en parle ! je pense que ce sera fabrication maison, soit en bois (si j'ai mon mari a le courage de découper encore des planches !), ou en carton (en fait j'ai déjà fait une première version de la boite 1 en carton... je vais attendre qu'Amaryllis les utilise un peu, savoir si ça résiste)

Le cube du binôme, Le cube du trinôme : fait maison, ici

La table de Pythagore : prévue en fabrication maison, en bois

Les cylindres de couleurs : je ne sais pas encore... il faut j'approfondisse les buts de ce matériel !

Ouf ! Du travail en perspective ! Je mettrai cette liste à jour à fur et à mesure.... (et il faudra ensuite faire lecture, maths....chaque chose en son temps !). Les matériels à acheter seront offerts à l'occasion des anniversaires ou Noël !

mardi 16 avril 2013

Lettres rugueuses : fabrication

Voici le détail de la fabrication de mes lettres rugueuses : première version en carton... après quelques tests, j'ai prévu une seconde version en bois (dès que la planche sera découpée !), qui résistera mieux aux manipulations intensives des petites mains. Edit : c'est fait !

Dimensions : il y a trois tailles, selon les lettres : 15x15, 15x20 et 15x25 (le f). C'est important que les cartes soient assez grandes, pour apprendre facilement les gestes de l'écriture.

Il faut faire en deux couleurs distinctes les voyelles et les consonnes (en général bleu et rouge, ici rose et blanc, c'est le papier que j'avais !). Ici j'ai également un phonème ("ch") en bleu, mais je ne sais pas si c'est prévu de faire les phonèmes rugueux ! Je me demande d'ailleurs si je vais conserver mes couleurs pour la version bois (pour ne pas la perturber), ou retourner aux couleurs standards...?

Pour les lettres : j'ai utilisé la police "cursive standard", en taille 420, imprimée en effet miroir (j'ai retouchée certaines lettres à la main, pour avoir les boucles). Puis j'ai recopié avec un papier carbone sur l'envers de papier de verre (grain 0), découpé au cutter, et enfin collé !

Edit : j'ai choisi (comme beaucoup) de faire les lettres cursives. En bref, c'est la façon dont on écrit, c'est plus joli, plus facile à retenir que tous les "bâtons", ... et avec notre (toute petite) expérience, je vois qu'elle apprend vite la correspondance avec les autres alphabets !

Ça prend un peu de temps (surtout quand on fait ça pendant les siestes...), mais ça vaut le coup ! la seule vraie difficulté est d'avoir les plaques de bois à la bonne dimension (c'est plus facile en carton !).

Je peux vous envoyer mon fichier de lettres à imprimer... (je ne sais pas - encore ! - mettre un lien pour télécharger !).

"J'ai tout essayé ! "

J'ai lu ce WE ce livre d'Isabelle Filliozat. Ce n'est pas tellement que je me sente désespérée (pas à ce point en tout cas ;-) ), mais plusieurs personnes m'en avaient parlé, donc quand je l'ai vu à la Médiathèque, je l'ai emprunté ! Cet ouvrage se lit très facilement, notamment grâce aux nombreux dessins, qui illustrent avec pertinence le propos. Les chapitres sont divisés par âge, par période de 6 mois entre 1 et 5 ans. Cela ne va pas changer de façon révolutionnaire ma façon d'être avec les enfants, disons que c'était plutôt la confirmation de ce que je pressentais ou que j'avais lu par ailleurs.
Les points que je retiens : 
  • Les jeunes enfants ne font pas des crises "pour nous embêter", mais bien pour faire passer un message.... Donc toujours chercher à comprendre ce qu'ils veulent nous dire. Cf l'illustration que je me permets de reproduire ici.
  • Il ne s'agit pas d'accéder à tous leurs désirs, mais de les comprendre, et de reconnaître que leurs émotions et leurs désirs sont naturels, de leur apprendre à les exprimer sereinement, et à les gérer. Quand un enfant dit "je veux", il n'exprime pas un désir de possession tel que nous l'entendons, mais cela signifie plutôt "je vais"
  • Utiliser des tournures de phrases positives, pas de négation : c'est trop compliqué à comprendre pour eux (il faut analyser la phrase et ensuite prendre le contraire). Exemple (tout à fait au hasard....) : "la poubelle reste fermée !". De même, dire "Stop", plutôt que "Non". Et réfléchir avant d'interdire, si c'est vraiment important !
Pour compléter, voici (encore !) un extrait de la Pédagogie Scientifique (que j'ai trouvé surprenant en pensant qu'il a été écrit il y a un siècle !) (chapitre "la question morale").
"L'enfant doit se former, tandis que les parents sont déjà formés. L'enfant doit se mouvoir beaucoup pour coordonner ses mouvements : les parents au contraire peuvent contrôler leurs mouvements. L'enfant n'a pas encore les sens bien développés, il faut qu'il s'aide en touchant. Les enfants sont pressés de faire connaissance avec le monde extérieur ; les parents le connaissent à satiété.
C'est pourquoi parents et enfants ne se comprennent pas : les parents voudraient que les enfants fussent comme eux. La faute de l'enfant est, en substance, de nous causer des ennuis. Nous luttons contre lui pour défendre notre bien-être, notre liberté." 

lundi 15 avril 2013

Première approche des lettres

En janvier, Amaryllis m'avait vu fabriquer les lettres rugueuses.... et a beaucoup insisté pour que je lui présente. Je la trouvais un peu jeune, mais j'ai fini par répondre à son désir. 
J'ai commencé par les lettes de son prénom (4) ; je pensais qu'elle allait en regarder quelques-unes et se lasser, mais pas du tout ! tous les jours, elle me demandait "encore les lettres" !
Ainsi pendant 3 ou 4 semaines, elle a appris ses lettres (phonétiquement). J'ai n'ai pas introduit le "q" et "w"... je ne savais pas trop quel son leur donner ! 
Elle avait trouvé (en fouillant dans mes affaires...) le "h", j'ai donc du lui expliquer que c'est une lettre qu'on n'entend pas quand elle est toute seule, et qui fait "ch" à côté du "c" . Elle a bien compris le principe.

Tant qu'à faire les étapes dans le désordre, elle a travaillé avec l'alphabet mobile : pour l'associer aux lettres rugueuses. Idem, pas de problèmes. 

Les points positifs de cette présentation prématurée :
- ça répondait à un vrai désir de sa part : 
          * pendant plusieurs semaines elle a persévéré, et quand elle les travaillait, c'était pendant 30 voire 45 minutes. Donc cela lui aura permis de gagner en concentration, en volonté.
       * elle me montrait souvent les lettres sur les emballages, etc : "et là c'est quoi ?" donc elle a pu approcher l'écriture scripte et majuscule. 
- elle connaît maintenant le son des lettres... et je pense qu'elle ne les oubliera pas.
- elle avait déjà spontanément commencé à remarquer les mots "où on entend pareil" : Clémence et clémentines, landau et bandeau etc... donc j'ai introduit également le "jeu des sons" ("je devine", "montre-moi un objet où on entend....").

Les points négatifs :
- elle n'a pas encore compris le principe des syllabes (b-a-ba !) : trop jeune je pense !
- elle n'était pas du tout intéressée par le toucher.... ce qui ne m'a pas tellement étonnée : elle n'est pas très portée sur le graphisme (elle commence tout juste). A la fin de cette période "lettres", elle se désintéressait un peu de l'alphabet mobile, donc je lui proposais de toucher "le chemin des lettres". Elle en avait ainsi fait quelques-unes (au hasard)..... et il y a quelques jours, au hasard d'un atelier de peinture, elle a "écrit" spontanément !


Maintenant j'ai tout rangé... elle me les réclame de temps en temps, mais "les lettres se reposent" ! Si elle me demande de lui en écrire sur mon tableau blanc, je le fais, mais sans plus insister.

"Alors, l'an prochain c'est l'école..?!"

Voilà ce que j'entends souvent... Jusqu'à maintenant, je prenais l'air ahuri : "oh elle est encore trop jeune !"... sauf que les 3 ans d'Amaryllis approchent, et je dois répondre "oui, mais on fera l'école à la maison l'an prochain ! ". 

Ce n'est pas forcément facile de partager notre souhait d'IEF, sans tomber dans la polémique. Je rencontre deux types de réactions : les "bienveillants-indifférents" et les "sceptiques" (les "bienveillants-intéressés" sont rares !). 
Les premiers font un commentaire du genre "ah oui, il y a le temps..." et et passent à autre chose. 
Les seconds dressent une liste d'objections ou de questions ... qui semblent avoir pour but de me montrer que je suis en tort. Voilà ce que je réponds (ou pas... parfois c'est plus "oui oui" et basta).

- Çà m'intéresse ! Pendant 2 ans, je les nourris (jour et nuit...), je change les couches, etc... et là, au moment où ils commencent à vraiment s'intéresser à plein de choses, à être demandeurs d'instruction, faudrait-il forcément que je délègue ? J'apprécie énormément de voir grandir mes enfants ! 

- J'apprécie notre rythme de vie tranquille, on peut s'adapter aux circonstances : quand il fait beau, on peut aller à la plage, sortir ; ne pas dépendre des vacances scolaires ! J'organise les journées en fonction de nos besoins, des projets etc. Les horaires sont souples..., bref on s'ajuste ! 

- Nous pourrions difficilement être prêts à l'heure, sans transiger avec ce qui nous parait important : la tranquillité des repas, qu'Amaryllis s'habille seule, ... ou alors il faudrait se lever à 5h du matin !

- Au niveau pédagogique : je trouve que la pédagogie Montessori est vraiment à l'écoute de l'enfant (elle n'est pas la seule valable, mais elle nous convient bien) ; et la progression individuelle me parait très importante : l'enfant peut ainsi acquérir les connaissances à son rythme. 

L'idéal serait peut-être (au moins à cet âge-là, pour les plus âgés je n'y suis pas encore !) de participer à des ateliers (Montessori bien sûr ;-) ): 2 ou 3 fois par semaine, pendant 1h30 ou 2h... Mais ça n'est pas possible dans notre ville !

On me demande aussi souvent : "tu n'as pas peur qu'il lui manque quelque chose ?" (en n'allant pas à l'école).  Si bien sûr ! comme tout parent, je voudrais le meilleur pour mes enfants, mais... choisir, c'est renoncer. Et si elle allait à l'école, je me demanderais aussi "si il ne lui manque pas quelque chose" ! 

L'école "classique" est bien aussi !  mais.... l'IEF, c'est ce qui nous convient.... pour notre famille et à un moment donné !

Je crois que le plus difficile vient du fait que peu de gens se posent la question "école ou pas ?"... c'est plus souvent "à 2 ans, 2 ans et demi, 3 ans ?". Donc quand ils sont confrontés à une famille qui fait un choix auquel ils n'avaient pas pensé, ce doit être très surprenant.

vendredi 12 avril 2013

Périodes sensibles

Dans la pédagogie Montessori, les "périodes sensibles" sont des moments où l'enfant est particulièrement absorbé par un élément particulier, une caractéristique de son environnement. 
  • la période sensible du langage, plus ou moins entre 2 mois et 6 ans
  • la période sensible de la coordination des mouvements, de 18 mois à 4 ans
  • la période sensible de l'ordre, environ de la naissance à 6 ans
  • la période sensible du raffinement des sens, environ de 18 mois à 5 ans
  • la période sensible du comportement social (politesse & courtoisie), environ de 2 ans et demi à 6 ans
  • la période sensible des petits objets, au cours de la 2e année sur un temps court
Edit : Savez-vous dans quel livre de Montessori ceci est évoqué ? 

Sans faire tout un exposé, voici comment je l'observe au quotidien chez mes enfants. Je vois un peu ces périodes comme le moment où une source jaillit, qui donne la possibilité d'utiliser ce mouvement, pour grandir et assimiler de nouvelles choses. Sans cette force, ça sera plus difficile. 

Le langage : Amaryllis est vraiment heureuse d'apprendre des nouveaux mots... sans doute la joie de pouvoir nommer ce qu'elle pressentait ? Récemment, nous avons profité du petit-déjeuner pour apprendre "vide / plein" : elle avait sorti deux verres, mais je n'avais mis du jus d'orange que dans un. Elle a répété plusieurs fois spontanément, avec un plaisir évident "c'est vide... c'est plein !". Elle ne demande pas beaucoup "comment s'appelle ça ?", mais quand je profite d'une occasion pour apprendre un nouveau mot, elle apprécie. Dans notre "travail" autour du silence, j'ai ainsi introduit "chuchoter"... qui a une sonorité amusante !. Dans le même esprit, en lisant Babar, elle redit le nom de tous les personnages : "Coco, Poutifour... et surtout Pilophage qui a sa préférence ! 
Quand je pense qu'à deux ans passés, elle disait - à peine - Papa et Maman, et même pas son prénom (pourtant simple)... Tout était "da-da", avec les intonations appropriées ! Elle se faisait bien comprendre, mais elle n'a vraiment parlé qu'à partir de ses 2 ans et demi. Pervenche semble suivre le même chemin !

La coordination des mouvements : Pervenche commence à marcher spontanément, et découvre les effets de ses gestes sur son environnement (son plus grand plaisir est de tester les différentes façons de faire du bruit...!). Elle essaye de remplir, d'ouvrir. Amaryllis apprend à sauter, à porter, ...

L'ordre : c'est une période très sensible chez Amaryllis ! "Chaque chose à sa place" pourrait être sa devise... C'est l'âge des rituels, de la routine, etc... qui rassure et sécurise ! Elle a été presque bouleversée le jour où "Maman a pris la chaise de Papa" : dans la cuisine, nous avions échangé nos places pour un repas (plus pratique pour mettre la chaise haute). Un jour où j'avais préparé un jeu de "je devine" avec plusieurs petits, elle a été immédiatement tout ranger, sans vouloir écouter ce que je lui proposais ! 

Les petits objets - que j'ai vu aussi appelée "les détails" : Amaryllis avait par exemple remarqué une petite tache de peinture sur un trottoir lors de nos promenades, et elle s'arrêtait systématiquement pour la regarder. De même dans les livres, elle était bien plus intéressée par les papillons etc.

Le comportement social : Amaryllis est bien consciente des autres : elle retient bien les prénoms des autres enfants par exemple. En revanche, pour la politesse, on n'y est pas encore ! j'insiste pour qu'elle nous dise "s'il vous plait" et "merci" (nous essayons de lui dire), et pour qu'elle salue les gens qu'elle connaît (pour les inconnus, je laisse).... mais ça ne semble pas rentrer.

Le raffinement des sens : je n'ai pas d'exemple concret

J'ai également lu à propos de la période sensible de la propreté, entre 12 et 18 mois (qui serait donc le moment idéal pour commencer à présenter le pot, apprendre à se laver les mains etc).

Comment est-ce chez vous ?

Tag : Un petit peu de moi !


Taguée par Elsa de "Merci Montessori", c'est l'occasion de vous parler un peu de moi (sujet hautement passionnant ;-) ! ). Voici donc 7 points :
  1. J'aime mon métier de maman....(et mon métier de "maman-instructrice" ;-) même si pour l'instant, je débute tout juste !). Si on m'avait dit ça il y a quelques années, je ne l'aurais jamais cru ! Je me souviens avoir dit à une amie, quand j'étais au lycée, que "avant 2 ans, les enfants n'étaient pas intéressants"... ! 
  2. J'aime lire et je ne peux pas dormir sans avoir lu ne serait-ce que quelques pages. Si je devais réduire ma bibliothèque (ce qui serait peut-être une solution pour nos problèmes de rangement !), je garderais ma Bible, pour me distraire : les "Miss Marple" d'Agatha Christie, les œuvres de Jane Austen ; pour réfléchir la série des "Brigitte" de Berthe Bernage - et pour apprendre les livres de M. Montessori ;-). En revanche, j'ai du mal à lire les modes d'emploi ou les recettes de cuisine sans avoir envie de faire autrement.
  3. Dans mes rêves les plus fous, nous habiterions en Italie ; et si j'avais des millions à dépenser : une maison avec un grand jardin, une grande bibliothèque...., avec une salle de classe tout équipée Montessori et un atelier de couture et....  une voiture avec chauffeur !
  4. Trois choses qui m'agacent : 
    • les voitures mal garées sur le trottoir : je suis censée passer où avec la poussette et les petits....  sur la rue ?! (d'ailleurs j'entends souvent Amaryllis dire "oh non, ENCORE une voiture mal garée"... y compris quand les gens sont dedans avec les fenêtres ouvertes !)
    • qu'on m'appelle "Mademoiselle" quand je suis avec mes enfants (ai-je vraiment l'air d'être la baby-sitter...?!)
    • qu'on me demande si je ne m'ennuie pas trop quand je dis que je suis "mère au foyer" ... est-ce la première chose que vous demanderiez à quelqu'un qui vient de vous préciser son métier ?!
  5. Je suis mal à l'aise devant l'improvisation, les changements de dernière minute.... vive la routine
  6. Quand on me demande mon âge, j'ai toujours le réflexe de répondre .... 22 ans ! 
  7. J'ai une conception... très personnelle du rangement ! et beaucoup de mal à jeter : soit "ça peut toujours servir" ou "ça me rappelle des bons souvenirs". 
Voilà ! je passe la parole à Aurore (Maman à Heidelberg des Montessouris) et à Maman Chouette, deux nouveaux blogs !

jeudi 11 avril 2013

Savez-vous planter..... des lentilles ?!

J'ai proposé à Amaryllis de faire pousser des lentilles. 

Dans un petit pot, disposer du coton, puis quelques lentilles. Verser de l'eau, pour que le coton soit bien mouillé... Arroser quotidiennement (le coton doit rester humide), et observer.
Tous les jours, nous observons les changements : Amaryllis a remarqué spontanément "c'est grand", ainsi que les petites feuilles vertes qui apparaissent. Nous avons sorti une graine, et je lui ai montré la tige et la racine (sans insister sur le vocabulaire).
Elle est très intéressée ! Souvent, elle va chercher son petit pot pour me montrer "ça grandit !!" (effectivement, ça pousse à vue d'oeil... j'espère ne pas transformer le séjour en jungle ! est-ce qu'on peut le planter en terre ensuite ?)

Je pense qu'avec des plus grands, on pourrait faire beaucoup de choses : dessiner l'évolution, faire un herbier, apprendre le vocabulaire, comparer différentes graines, ...
C'est vraiment très simple... je n'ai pas du tout la main verte, et pourtant ça a marché sans rien de particulier ! J'ai testé les pois chiches (ça pousse plus doucement), et les haricots sec, ainsi que les pépins de pamplemousse (pour l'instant, ça ne donne rien !).

Dans la Pédagogie Scientifique, voici les points d'intérêts que souligne M. Montessori à propos de l'observation de la nature :
  1. L'enfant est initié à l'observation des phénomènes de la vie (...) Plus il observe, plus ses soins se font attentifs. Il se trouve dans la même position que l'éducatrice par rapport à lui.
  2. L'enfant est initié à la prévoyance : s'il n'arrose pas la plante, elle meurt ! Son travail porte en lui sa récompense : voir la plante fleurir. Il comprend la valeur des soins que lui apporte sa mère.
  3. L'enfant est initié à la vertu de patience et à la confiance dans l'attente. Cela lui fait prendre conscience du temps qui passe, qui fait grandir, comme lui-même grandit.
  4. L'enfant s'inspire du sentiment de la nature, qui est soutenu par les merveilles de la Création, et qui récompense généreusement et sans mesure le travail de celui qui l'aide à développer la vie
(Auriez-vous pensé qu'il se cachait tant de choses dans mon petit pot ?! )

Nous avons également observé les pissenlits cueillis au cours d'une promenade : les fleurs jaunes sont devenues des fruits blancs, tout doux et qui s'éparpillent. 

Coincidence amusante, Amaryllis m'a demandé de lui lire "Le Royaume de Dieu" (livre cartonné de Maïté Roche), qui raconte la parabole du grain de moutarde, planté en terre et qui se développe. Elle a très bien vu le lien avec ses graines de lentilles qui poussent ! 

Plier

Une activité de Vie Pratique qui a bien plu à Amaryllis il y a quelques temps (il faudrait que je la remette en évidence) : plier les mouchoirs.

Il s'agit de 4 mouchoirs (le 4ème est en cours de réalisation depuis.... trop longtemps !) blancs (ici, roses pâles, je pioche dans mon armoire de tissu), avec une couture dans une couleur bien différente (ou un trait) repassé pour marquer les pliures : 
  1. horizontalement
  2. une diagonale
  3. horizontalement et verticalement
  4. deux diagonales

Pour la présentation : Commencer par le mouchoir 1. L'étaler sur la table, de telle façon que la ligne soit horizontale. Toucher la ligne. Prendre les deux coins supérieurs, rabattre. C'est plié !
Pour les mouchoirs avec 2 plis, tourner après la première pliure.

Dans la vie quotidienne, je demande à Amaryllis de plier ses habits en se déshabillant : on étale par terre, on replie les manches .... et on plie et replie jusqu'à obtenir un tout petit rouleau ;-). 

mercredi 10 avril 2013

Quatre saisons

Suite au post des saisons chez Grandir avec vous, j'ai présenté à Amaryllis cette nomenclature des saisons : un arbre pris en photo pendant les 4 saisons... (il ne s'agit pas du même arbre, photos copiées sur Internet).

Regarde... au printemps, on voit beaucoup de fleurs sur l'arbre... ensuite en été elles deviennent des fruits.... puis à l'automne les feuilles deviennent rouges, jaunes et tombent de l'arbre... et en hiver, il n'y a plus rien sur l'arbre.

Nous avons ensuite parlé un peu des saisons : en été, il fait chaud, on se baigne dans la mer etc. Puis nous avons fixé des petites images sur la poutre du temps.

J'ai prévu également d'écouter l'histoire Petit sapin, quatre saisons (Un Livre 3 chardons).

Pour compléter, nous avons réparti les habits suivant 2 groupes : il fait chaud / froid.
Puis un autre jeu, toujours avec la nomenclature des habits : "si je suis un bébé, qu'est-ce que je mets pour dormir ? si j'ai froid aux mains, que vais-je mettre ? "... et Amaryllis me montre la carte correspondante.

Vu la météo actuelle, elle a du mal à comprendre que c'est déjà le printemps....!

Premiers moments de concentration

J'observais Pervenche empiler les anneaux : elle arrive bien à les enfiler... mais pas encore à les mettre dans l'ordre (c'est le moment où il faut retenir Amaryllis "non non, tu te trompes, c'est le jaune d'abord !).... Ça ne rentre pas, elle l'enlève, remet le même... non toujours pas.... et continue ! 

C'était la première fois que j'observais cette qualité d'attention chez elle ! Je me souviens que pour Amaryllis, c'était ouvrir et fermer une boite de camembert (à peu près au même âge, presque 1 an).


D'un point de vue Montessori, voici ce qui ne "va pas" avec ce jeu : 
- Isoler une seule qualité : ici la couleur ET la taille des anneaux varient
(quand Amaryllis le fait, elle se repère seulement à la couleur)
- Difficulté croissante : ici il faut gérer l'enfilage des anneaux, la différence de taille et le socle basculant 
mais elles sont bien amusées avec malgré cela ! ;-)

mardi 9 avril 2013

Les blocs de cylindres

Profitant du réaménagement de notre "salle d'activités", j'ai présenté à Amaryllis les blocs de cylindre.


Ayant un budget limité, j'ai choisi les deux encastrements Wesco, qui correspondent au premier et au second blocs des cylindres. 

      - le premier : la hauteur est constant, et le diamètre décroît régulièrement
      - le second : le diamètre est constant, et la hauteur décroît régulièrement.
Nous n'avons donc pas le bloc où le diamètre et la hauteur décroissent en même temps.
Je ne vois pas trop l'intérêt du quatrième bloc (diamètre et hauteur varient en sens inverse) ... ? On n'apprend pas de vocabulaire... d'ailleurs ils ont été ajoutés par la suite. Qu'en pensez-vous ? 

Leçon en 3 temps : quand l'enfant sait manipuler ces encastrements, on apprend le vocabulaire : 
      1) gros / mince ;     2) haut / bas ;     3) grand / petit
Commencer par prendre les 2 extrêmes, pour que l'enfant puisse bien voir la différence. On les pose côte à côte, pour comparer les hauteurs, et on fait se toucher les bases pour comparer les diamètres.
On peut ensuite proposer 2/3/4 blocs en même temps.

Il me semble que c'est un des premiers matériels de Vie Sensorielle qu'on peut présenter : l'auto-correction est facile (mécanique et pas seulement visuelle) : si on se trompe de cylindre, il en restera un à la fin qui ne rentre pas. 
A propos des cylindres Wesco : je trouve que c'est un bon rapport qualité/prix. Voici les inconvénients que j'y vois : 
      - pour le bloc 2, l'auto-correction n'est pas aussi évidente : les blocs correctement mis doivent former une ligne horizontale. Je pense à utiliser un réglet pour lui faire prendre conscience de cela, pour se corriger plus facilement. Pour le bloc 1, pas de souci.
      - le socle assez fin ne maintient pas vraiment les cylindres, donc ce n'est pas facile à transporter pour les petits, l'ensemble étant assez lourd (en même temps c'est un bon exercice !).
      - il n'y a pas le bouton de préhension qui permet de travailler "la pince" - mais on peut s'y exercer par ailleurs.

Faire et refaire

Pour compléter ce que j'écrivais ici concernant la répétition, voici ce qu'en dit Maria Montessori dans La pédagogie scientifique.

C'est dans la répétition et non dans l'action d'apprendre que consiste l'exercice qui développe la vie. 
L'éducation des sens est contenue toute entière dans la répétition des exercices. Le but de ceux-ci ne consiste donc pas à faire connaître à l'enfant les qualités des objets, mais à perfectionner ses sens dans un exercice d'attention, de comparaison, de jugement.

Ainsi les exercices de vie pratique permettent à l'enfant de développer sa concentration, sa volonté, d'affiner ses mouvements, ...

En général, l'enfant n'est pas compris, car l'adulte le juge à sa propre mesure : il croit que l'enfant se propose un but extérieur (...) tandis que chez l'enfant, au contraire, prédomine le but inconscient de se développer lui-même. 
Un enfant qui demande "aide-moi à faire seul" ne cherche pas tellement à s'habiller/manger/être propre ; pour lui c'est l'action en elle-même qui est importante. J'ai repensé à ce passage en regardant Amaryllis manger son kiwi "comme maman dans la peau"... elle y a passé un temps assez long, mais il était bien gratté. Jusque là, je l'épluchais moi-même, mais elle a appris spontanément en me regardant faire... et elle était contente de l'avoir fait ! 

Souvent, nous accusons l'enfant de lenteur, uniquement parce que nous n'avons pas la patience d'attendre la fin de ses actes, qui obéissent à des lois du temps différentes des nôtres.
C'est une des choses qui me plaît dans l'IEF/la non-sco : on peut prendre tout le temps dont l'enfant a besoin : le temps de dormir, de s'habiller seul, de prendre les repas calmement.... j'apprécie !