mercredi 19 avril 2017

Pour une éducation chrétienne : introduction

Réflexion critique au sujet de "l'éducation bienveillante", 
à la lumière de ma vision de l'éducation chrétienne.

 Avertissements : 
  • Ceci est un article assez théorique et un peu éloignée de l'IEF. 
  • J'écris cela en tant que maman catholique... (je ne le répéterai pas partout dans l'article, mais il est essentiel de l'avoir en tête en le lisant)
  • ...et au terme d'un long chemin (d'éducation de nos enfants et de discussions avec d'autres mamans), donc ma pensée vous paraîtra peut-être un peu abrupte ou difficile à comprendre. C'est un peu "un pavé dans la mare". Je suis bien sûre tout à fait prête à discuter de cela avec vous, tant que la discussion est courtoise... J'ai essayé d'exprimer ma pensée de façon claire et structurée et j'espère être compréhensible ! 
  • J'ai divisé mon exposé en plusieurs parties, dont voici l'introduction.
Vous êtes toujours là ? Alors c'est parti !

Le courant qu'on appelle "éducation bienveillante" (ou éducation non violente, ou éducation positive) est très à la mode en ce moment. Des livres, des blogs, des conférences, rien ne manque à l'appel pour diffuser cette pensée.

Si l'on peut y trouver de très bonnes choses pour nous aider à faire grandir nos enfants et à mieux vivre le quotidien, en tant que maman catholique, je suis très réservée concernant l'aspect philosophique, leur vision globale de l'enfant dans le monde. 

Il me semble que ce courant manque cruellement d'une dimension pourtant essentielle : le spirituel, le rapport à Dieu... C'est une éducation "horizontale" (d'homme à homme) qui n'a pas de composante verticale (transcendance). Pourtant, comment, en tant que catholique, élever nos enfants sans les faire grandir en même temps dans la vie spirituelle ?


Voici les biais que j'y vois. Ils tiennent principalement à la question du Mal.

1) Oubli, négation ou mauvaise compréhension du péché originel.
2) Le vécu de la souffrance offerte, les sacrifices, le "sourire et chanter dans les difficultés", etc n'y sont pas présents... Ce qui est tout de même "ennuyeux" pour les chrétiens qui croient que Jésus est mort sur la Croix pour les sauver !



Au final, le but proposé par l'ENV n'est pas juste : nous éduquons nos enfants pour Dieu, pas pour le bonheur purement humain. Pour des parents chrétiens, le but de l'éducation n'est pas d'être épanoui mais d'être saint. 

EDIT, pour préciser ma dernière phrase au sujet du bonheur : voyez cet article !

(à suivre...)

13 commentaires:

  1. hoho, alors là tu n'y vas pas de main morte !!
    Hâte de lire la suite.

    Mais déjà, concernant ta dernière phrase, je m'interroge : pour moi Dieu nous appelle tout à fait à être heureux, à être épanouis... mais dans cet épanouissement, la dimension don de soi constitue une composante fondamentale, il s'agit d'être heureux en (se) donnant.
    Mais pas en se niant.
    Parce que si tu te nies, tu n'as plus rien à donner...

    Donc pour moi c'est surtout que la conception du bonheur / de l'épanouissement, peut différer, notamment sur le plan temporel : on le voit dans la conception du couple notamment.
    - conception séculaire du bonheur : je suis pas heureux avec toi, je me barre (pour caricaturer)
    - conception plus transcendante : je suis pas heureux avec toi, mon engagement est pourtant signe et reflet de l'engagement de Dieu envers les hommes, donc je ne me barre pas... mais je ne reste pas non plus bêtement à souffrir : je vais vers toi, je travaille avec toi pour cheminer ensemble et retrouver du bonheur à cheminer ensemble...

    je sais pas si je suis claire ?

    Bon, en tous cas, ça va être une chouette réflexion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que le but final, c'est la sainteté, pas le bonheur. Il s'agit bien, selon moi, de se donner, pas d'être heureux en se donnant (tu vois la différence ?).

      Dans l'Evangile de Jean :
      10 Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour.
      11 Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite.
      12 Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés.
      13 Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime.

      On voit que Dieu nous appelle au Bonheur, c'est à dire à Lui, et que cela passe par la Croix.

      Mais effectivement, il faut que cela soit un vrai choix, donc libre (dans la mesure du possible) et pas une simple passivité... Je développerai :-)

      Ce qui ne veut pas dire que la souffrance (quelle qu'elle soit) est à négliger, à ignorer ou même à cultiver, entretenir.

      (pas facile de structurer ça avec les enfants qui sautent à côté :-D )

      Supprimer
    2. Qu'est-ce que tu veux dire par "te nier" ?

      Supprimer
    3. Education non violente et foi chrétienne ne sont pas à l'opposé bien au contraire, il s'agit de valeurs purement chrétiennes
      https://nikoleos.wordpress.com/2015/12/09/parentalite-bienveillante-et-foi-chretienne/

      Supprimer
    4. Je n'ai pas dit qu'elles s'opposaient ! mais que l'ENV n'était pas complète.

      Supprimer
  2. C'est ce que tu disais l'autre jour, le péché, c'est se tromper de bonheur. La sainteté c'est le bonheur.
    La croix sur Terre pour la félicité éternelle :D

    RépondreSupprimer
  3. Et c'est une réflexion qui avance aussi avec l'âge des enfants... si on m'avait dit ça quand A avait 4 ans (@Gwen ;-) ), je pense que ça m'aurait aussi surprise...

    RépondreSupprimer
  4. Clotilde, dans mes bras !!!! J'ai hâte de lire la suite de tes réflexions ! Je trouve quand même que ta dernière phrase est un peu rude. Je suis d'accord que le bonheur = la sainteté, et l'épanouissement passe par là, les deux ne sont pas indissociable et au contraire, très complémentaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu as raison, je vais essayer de développer ma pensée.

      Supprimer
    2. Du coup je poursuis ma réponse sur ton nouveau billet !

      Supprimer
  5. Bonsoir, très intéressant car je me retrouve dans votre questionnement. Je ne suis pas assez informée sur le sujet, mais j'ai l'impression que "l'éducation bienveillante", "l'éducation non-violente" et "éducation positive" ne sont pas la même chose. A approfondir...
    Je ne pratique pas de façon aussi présente au quotidien que vous ma foi, mais je confirme que Dieu ne fait pas du tout parti de ce qui circule, voir même est considéré comme un mensonge (comme le père-noël ou la petite souris).
    Peut-être que cette compatibilité est à construire?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement je ne pense pas ces courants d'éducation incompatibles avec la Foi chrétienne, mais au moins incomplets.

      Pour moi aussi, ENV, DP, EB ne sont pas très distincts, pour moi cela tient plutôt à chaque auteur...

      Supprimer