vendredi 22 septembre 2017

Le livre du mois #6 La marmite aux pièces d'or, Elizabeth Goudge

Je m'aperçois que je ne vous ai jamais parlé ici d'un auteur que j'aime beaucoup et méconnu à tort, Elizabeth Goudge.
Romancière anglaise du début du XXème siècle, son oeuvre est réputée pour sa grande poésie. 
Elle a écrit surtout des romans pour adultes, mais aussi quelques pièces pour enfants.
Ses œuvres sont hélas difficiles à trouver ! Mais elle commence à être découverte et donc éditée.

Je vous présente donc ici La marmite aux pièces d'or, recueil de nouvelles, dont chacune d'elle est un petit trésor.

Avec un dernier sourire et un dernier geste de la main, il les congédia et retourna vers son fauteuil et sa contemplation du soleil couchant.
Il se surpassa ce soir-là. Le regarder c’était comme si l’on contemplait le pinceau d’un peintre infaillible ; éclaboussant une toile de dix lieues de couleurs audacieuses. Il s’enflammait de plus en plus ; améthyste et lilas sur les montagnes, un ciel d’azur moucheté de nuages roses qui ressemblaient à des plumes frisées, une mer de soie grise ridée qui renfermait les couleurs du ciel, les montagnes nichées dans la courbe de chaque vague avec çà et là une tache de couleur plus vive à l’endroit où un champ d’herbes de Saint Jacques jaunes ou de blé mûrissant se détachait sur la pente inférieure d’une montagne, ou à l’endroit où des algues orange s’étalaient sur le sable d’argent… Puis un brusque orage monta de l’occident et effaça la couleur… Quand le peintre recommença, il avait changé d’idée ; son pinceau aux cheveux de comète n’avait plus que de l’or. Cela devint de plus en plus incandescent ; des montagnes fauves avec de l’or à leurs sommets et la flamme des champs de blé ondulant autour de leurs pieds, une mer d’or uni avec au-dessus la voûte du ciel empanachée de nuages dorés comme les ailes d’un archange ; et, de plus en plus profond, à mesure que la couleur d’or s’approfondissait, un silence s’étendit sur l’île, si intense que par la suite les hommes en parlèrent avec crainte et étonnement. Pas un murmure de la mer, pas un souffle de vent, ni le moindre écho d’un cri de mouette ; la terre entière s’était apaisée pour contempler le couchant doré.
Chacune des nouvelles met en scène des enfants épris de liberté, de vagabondages, aux prises avec des adultes pas toujours très compréhensifs mais dont le cœur se laisse toucher. 

Dans le même style, mais plus long : The runaways (dont je ne connais pas le titre français !)

Si vos enfants apprécient le merveilleux, je vous conseille La vallée qui chante.

Mes préférés pour les adultes sont Le pays du dauphin vert et l'appel du passé

Bonne découverte ! 

jeudi 14 septembre 2017

Bilan de la rentrée

Après une semaine et deux jours de reprise (et - déjà - une semaine de vacances pour raison familiale), voici un premier bilan.



Il est plutôt positif (ouf !).

Concernant l'organisation des journées, ça roule bien et j'ai même réussi à tenir tous les jours la narration avec enfants à l'heure (ah non, sauf hier, mais elle a été faite avant le dîner).

Pour le programme d'Amaryllis, il me semble avoir prévu la juste dose de travail hebdomadaire, ni trop, ni trop peu. Il en va de même pour la liberté de choix, je la trouve bien adaptée. Miracle, elle fait le travail demandé avec une bonne humeur assez constante, j'en profite tant que ça dure !
Elle fera du piano (+ solfège) au Conservatoire, le jeudi après-midi, et des stages de natation aux vacances scolaires (elle a déjà commencé, avec plaisir, fin août. Nous avons découvert avec stupéfaction que beaucoup d'enfants commencent dès 5 ans !  Amaryllis s'est donc retrouvé dans un groupe de plus jeunes, sans que cela n'ait eu l'air de la gêner. Pervenche attend son tour avec impatience). 

division avec les perles (éprouvettes)


Pervenche a eu *un peu* de mal à s'y remettre ("ça m'ennuie, ça me fatigue, je ne veux pas travailler"), nous avons relu le contrat, et j'ai fini par lui dire que, si elle voulait travailler en râlant, ça ne serait pas avec moi... 😃 (argument imparable). 
Elle continue la danse le mercredi.




Serpolet réclame ma présence raisonnablement (il a même repris seul la seconde boîte des couleurs, en le faisant très bien bien !). 

Et j'apprécie énormément d'avoir tout planifié à l'avance. Loin d'être un cadre-prison, cela me libère l'esprit, je n'ai qu'à regarder mon planning pour savoir ce qu'on va faire cette semaine, mettre les marque-pages au bon endroit le dimanche soir. Pendant que les enfants travaillent, j'enfile mes perles, activité utile (je n'ai pas l'impression - très agaçante - de perdre mon temps quand les enfants traînent) et qui ne me demande pas de concentration (je suis donc disponible pour les aider et superviser).
Normalement, toutes les différences activités sont bien calées maintenant (après X rendez-vous déplacés et re-déplacés.


Pour finir, voici notre nouvel ami, déjà adopté avec enthousiasme par les enfants ! Cela promet de belles séances de sciences naturelles :-)

* Belle rentrée ! *

mardi 12 septembre 2017

Poésie, art et littérature, un petit supplément d'âme pour nos enfants

Je remonte cet ancien article pour vous faire part de mon nouveau recueil de poésies, enrichi !
J'en ai extrait deux livrets, un pour Pervenche  et un pour Amaryllis, qui ont été imprimés et dans lesquels je piocherai à fur et à mesure de l'année. 

C'est ici !

********************

Apprendre par cœur, c'est déjà assez peu à la mode, mais alors, apprendre des poésies, serait-ce le summum de l'exercice inutile ? Pourquoi donc l'infliger à nos têtes blondes instruites à la maison ?

Il me semble qu'en lisant (et faisant lire) de la belle littérature à nos enfants, poésies incluses, nous leur donnons comme un supplément d'âme, nous leur permettons d'élargir et d'affiner notre vision du monde, la perception et l'expression de nos sentiments et l'écoute de ceux des autres. Ils entrent ainsi dans une longue lignée de lecteurs et d'écrivains qui ont aimé, souffert, voyagé, médité, ri, ... et s'enrichissent au contact de ce fabuleux trésor passé.

On pourrait écrire tout un pavé sur l'importance du beau dans l'éducation des enfants (IEF ou scolarisés !). C'est un moyen de toucher l'âme par les sens (les yeux sont la porte de l'âme) : de la belle musique, des belles œuvres d'art plastique, et de belles illustrations dans les livres qu'on leur propose. 

Voilà pourquoi j'essaye de mettre ce beau au menu de nos journées, et notamment dans le cadre de l'IEF.

Par exemple, l'expression écrite s'appuie principalement sur des œuvres.


Voilà aussi pourquoi la poésie est au menu quotidien de notre routine IEF.

Parce que c'est un exercice de lecture, d'écriture, d'orthographe, pour peu que la copie soit bien faite. Mais également pour ce qu'on appelle du terme vague de "culture générale" et qui me parait tellement important. 

Concrètement, voici comment je procède. Tous les jours, Amaryllis copie quelques vers de la poésie (en ce moment, 2 vers. J'augmenterai petit à petit la dose...). Nous la lisons ensemble entièrement, cela lui suffit pour la connaître par cœur à la fin de la séquence (nous faisons une récitation à deux voix, je commence la phrase, elle continue, à fur et à mesure des jours j'en dis de moins en moins). 

Vous pouvez télécharger ici le recueil de poésies que j'ai préparé. J'y pioche au gré de sa progression en orthographe, des saisons, des envies...


Voilà enfin pourquoi je me suis réjouie de voir Amaryllis plongée dans sa première lecture. Ce n'était pas le premier livre qu'elle lisait, mais c'était la première fois qu'elle le faisait spontanément et avec persévérance.



Dialogue d'un dimanche soir mémorable :
- Amaryllis, c'est l'heure de dîner.
- ...
- Amaryllis ? Tu viens dîner ?
Silence persistantAmarylliiiiiiiis ! A taaaaaable !
- Mais Maman !!! je suis en train de lire !
- Tu continueras après, viens s'il te plaît.
- Oh non, je voudrais bien finir mon livre
Et voilà. Je vous avoue que j'ai frémi, me souvenant de mes propres immersions bibliophiles. Selon l'expression familiale, "un hélicoptère aurait pu tomber sur la maison" que je ne l'aurais pas remarqué. ;-)
Mais je sais qu'elle a trouvé la porte d'un monde merveilleux qui lui promet beaucoup d'heures de bonheur.


Quand j'avais sept ou huit ans, mon grand-père m'a offert l'Anthologie de la poésie française, de Georges Pompidou, et il m'a dit: «Si tu veux être heureux dans la vie, il faut apprendre deux vers par jour.» Je l'ai fait. Il avait raison.
J'ai découvert un savoir, une saveur de la vie que je ne soupçonnais pas, que le quotidien ne donne pas. Je n'ai pas tout compris bien sûr - pas tout entier, pas tout de suite... Mais c'était beau. C'était grand. Et finalement, c'est tout simplement que ce qu'il y a de beau, de grand, se dépose dans un cœur d'enfant pour l'enrichir, par le cœur. Mais qui maintenant aura encore la chance d'apprendre un peu de poésie - par cœur ?
F.X. Bellamy, article complet ici 

lundi 28 août 2017

Le livre du mois #5 : Les volcans

Pour ceux qui ont bien suivi, les volcans ont été LE thème favori des filles l'année dernière... Nous avons donc lu - et relu - avec attention maints ouvrages sur le sujet.


Celui qui remporte ma préférence est : "Les volcans", dans la collection Questions-Réponses 6-8 ans chez Nathan.
(vous voyez que j'ai l'ancienne collection "mon petit monde"...)


Ce qui a retenu mon attention sur cet ouvrage en particulier est

-  le texte bien structuré, des explications pertinentes et complètes, adaptées à cette tranche d'âges, des thèmes variés.
Bonus : le texte est écrit assez gros, cela encourage les jeunes lecteurs.



- des illustrations (photos, schémas, dessins) jolis et variés. Une mention particulière pour les schémas très clairs !




Je vous le recommande !

lundi 21 août 2017

Enrichissement du vocabulaire CE


J’ai voulu, par ce manuel, donner à Amaryllis le goût de la belle littérature, lui permettre d’enrichir son vocabulaire.

Il ne s’agit pas d’un manuel d’étude de la langue, ni de compréhension « simple » de textes (cela se fait par ailleurs).

De façon très subjective et arbitraire (c’est moi le chef ! ;-) ), j’ai choisi uniquement des passages qui m’ont touchée, d’une façon ou d’une autre : je sais que j’aurais plaisir à les partager avec A.

Je n’y ai pas inclus de contes (Amaryllis a une imagination débordante, qu’il s’agit de canaliser plutôt que d’enrichir…) ni de littérature jeunesse à proprement parler (je n’ai jamais aimé cela, même enfant. Je garde un mauvais souvenir, par exemple, des « Contes du chat perché » que j’ai trouvés absurdes, ou de « Tistou les pouces verts », qui m’a paru délirant, etc). Amaryllis étudiera des poésies par ailleurs, je n’en ai donc pas non plus prévu ici.
J'ai essayé de varier les auteurs, les époques, les styles, etc

Ce manuel sera étudié au rythme d’une séance par semaine. J’ai donc choisi des extraits littéraires assez courts pour être lus et étudiés dans ce cadre restreint. 
Je travaille par thème, de 3 séances (rarement, 2 ou 4) donc 3 semaines. J’ai essayé de suivre les événements naturels de l’année, notamment les saisons, les intérêts spontanés des enfants (nature, animaux), mais sans chercher à faire de liens avec les autres matières (poésies ou sciences naturelles – leçons de choses).

Pour chaque thème, j’ai prévu :
  •        Pour chaque séance, un ou deux textes à lire (équivalent ½ page), avec narration orale (je n’ai donc pas prévu de questions de compréhension, sauf rarement quand je voulais être sûre de travailler un point particulier). Chaque texte est suivi de l’explication des mots et expressions inconnues ou intéressantes. Il sera précédé, dans la semaine, de 2 mots à chercher dans le dictionnaire (jusqu’à ce qu’elle ait le réflexe de chercher elle-même dans le dictionnaire les mots inconnus.
  •       Apprentissage de vocabulaire et de la construction des phrases
  •        De la lecture expressive : un court passage à lire à voix haute « en mettant le ton »
  •         De l’expression écrite : en général, la première séance demande d’écrire quelques phrases sur un thème donné. La seconde séance est consacrée à l’enrichissement de ces phrases. La troisième séance constitue souvent une appropriation différente, par le dessin, le mime ou autre moyen d’expression.

J’aimerais y inclure, selon l’idée de Grandir près du Châtaigner, l’étude rapide d’une œuvre d’art (peinture ou même musique, je pense notamment aux Quatre Saisons de Vivaldi pour lesquelles Amaryllis a une attirance particulière).

Pour construire ce manuel, je me suis appuyée sur

Pour la mise en page, j’ai choisi d’imprimer une succession de courts livrets A5 thématiques, je trouve le petit format plus maniable pour des petites mains.

Voilà déjà, en avant-goût, les différents thèmes prévus (attention ! les thèmes ne sont pas classés par ordre chronologique ni même logique tout court… pour cela, se référer à ma programmation annuelle générale).


Je pense que je partagerai avec vous ce manuel à la fin de l’année, après utilisation ! J’aurais sûrement l’occasion d’y apporter des corrections, retouches ou approfondissements. Si vous avez très envie de le découvrir dès maintenant, je veux bien partager quelques thèmes, demandez-le moi en commentaires !